Les impacts du tourisme sur l'environnement en France

Les impacts du tourisme sur l'environnement en France

À l'heure où agir pour la transition énergétique est essentiel, l'ADEME (Agence de la Transition Écologique) a publié un rapport sur le bilan des émissions de gaz à effet de serre du secteur du tourisme en France.

Avec près de 90 millions de touristes internationaux, le tourisme représente, en 2018, 7% du PIB français et environ 2 millions d'emplois. Ce secteur a donc un rôle crucial à jouer dans la transition, car il génère de nombreuses pressions sur l'environnement : transport, hébergement, alimentation et consommation des touristes.

Le tourisme est à la fois contributeur et potentielle victime du changement climatique.

Alors quels sont les impacts du tourisme en France ? Comment réduire nos émissions de gaz à effet de serre et par où commencer ?

Les impacts du tourisme en France : le rôle central des transports

L'étude repose sur les émissions liées à des pratiques touristique et a pour ambition de prendre en compte les émissions générées par l'ensemble de la chaîne de l'industrie touristique. Tous types de touristes sont inclus : touristes étranger et français, pour motif personnel ou professionnel, au long cours ou pour de très courtes périodes.
Le périmètre étudié est la France métropolitaine et l'outre Mer. 

Ainsi, le rapport permet de réaliser qu'en 2018, le secteur du tourisme a émis 118 millions de tonnes de CO2 soit 11% des émissions de gaz à effet de serre de France. 

Si l'on remet ce chiffre en perspective, cela correspond à l'empreinte carbone annuelle de 11 millions de Français ou aux émissions annuelles directes des régions Île-de-France, Provence-Alpes-Côte d'Azur et Bretagne réunies. 

Le plus gros pôle de ces émissions ? Le transport qui représente 77 % dont 40% pour le transport aérien. L'hébergement, les achats de biens et la restauration, quant à eux, représentent 20% des émissions de gaz à effet de serre. 

 

Comment agir pour un tourisme moins polluant ? 

Des pistes d'action sont à envisager autour de trois grands axes :

  • La sobriété : pour diminuer une distance, un nombre de visites, un nombre de biens achetés,
  • L'efficacité énergétique,
  • La diminution de l'intensité carbone par unité d'énergie.

Par exemple,  privilégier des destinations moins lointaines et accessibles avec des transports moins polluants.
Il s'agit aussi d'opter pour des hébergements plus petits, mieux isolés thermiquement et utilisant des énergies renouvelables. 

Il est nécessaire que les professionnels du tourisme, tout comme les particuliers, agissent ensemble et main dans la main.

Les Guides Tao vous proposent des adresses alternatives, qui prennent en compte cette nécessité de repenser son mode de voyage, pour ne pas arrêter de voyager, mais voyager de façon plus durable et responsable
Nous vous invitons à privilégier des destinations proches de vous pour de courtes périodes et de réserver les destinations lointaines pour de longues périodes de voyage en évitant de prendre l'avion ou en compensant les émissions liées à ce voyage. 

Comment préparer un voyage écologique ? Vous trouverez ICI de nombreuses informations pour trouver des modes de transport alternatifs à l'avion, préparer un sac à dos ou une valise zéro déchet, voyager de façon écologique une fois sur place...

Nous vous recommandons également d'opter pour des hébergements, des restaurants et des activités engagés, ainsi que de privilégier le slow tourisme

Vous trouverez aussi dans nos guides et sur notre site internet des dizaines d'articles avec des astuces pour minimiser votre impact en voyage.